Romanceor
 
 

Le Gravier

Ouagadougou, le 20 décembre 20092 minutes.
Pensez à utiliser le mode plein écran.

« Elle est en train de ramasser du gravier… pour aller entasser. En faire une charretée, quelle doit revendre, pour nourrir sa famille. Elle fait ça depuis mon enfance. »

Inscrit dans le cadre d’un repérage pour un projet de réalisation à Ouagadougou, ce document constitue un bref aperçu de ce que ne sera pas le film.

Un studio à Ouaga

Dans un salon de 40m² au cœur de Wemtenga défilent proches et amis sous quelques 1800 watts de lumière continue.
Une boîte à lumière constituée d’un carton de frigo et de papiers aluminium et calque, un parapluie récupéré dans un container nouvellement arrivé à côté du Roodwoko, des pieds réalisés par les soudeurs du six-mètres du maquis fameux entre tous La Bulle… un matériel maison dans un studio/salon.

Cliquer sur les photos pour les ouvrir en grand dans la galerie.

Astrid
Astrid

Gérard
Gérard

Kantala
Kantala

Ernesto Cardenal

Al perderte yo a ti tu y yo hemos perdido :
Yo por que tú eras lo que yo más amaba
Y tú por que yo era el que te amaba más.
Pero de nosotros dos tú pierdes más que yo :
Porque yo podré amar a otras como te amaba a ti,
Pero a ti no te amarán como te amaba yo.

« Epigramas », Antologia Esencial, Ernesto Cardenal, LOM Ediciones, Santiago de Chile, 2009

CC-by-sa Roman BonnefoyCC-by-sa Roman Bonnefoy

Photographies en licence CC-by-sa disponibles sur Wikimedia Commons.

Santiago de Chile

Peut-être que pour pouvoir dire avec ses photos « regardez comme le monde il est beau, regardez comme il est gentil », il faut savoir que ce n’est pas vrai, il faut le dire en ayant conscience que ça n’est qu’un sourire dans une horreur. On se doit de photographier, d’aimer, « le courage discret, l’endurance de ceux que nous côtoyons tous les jours », de manière tendre ou violente, mais jamais avec la dégoulinante condescendance du fasciste latent.

Carlos Fernandez Correa est le premier portrait de la galerie répondant au nouveau tag chili de la galerie, qui propose un bref aperçu de l’album du même nom.

Présentez-vous.

Luc Fauchon7 minutes.
Pensez à utiliser le mode plein écran.

Ce film est un montage numérique issu de quatre vidéos de rush d’une durée totale de quinze minutes, et filmées avec un appareil photo numérique (en savoir plus…).

On notera également que l’idée de ces questions et l’ordre dans lequel je les ai posées sont empruntés au photographe Yann Arthus-Bertrand, lequel réalisa 5000 de ces films en 18 mois, à l’occasion de son projet 6 milliards d’autres.